Rechercher
  • Pierre Simard

Plume d’Aigle et Robe Noire


# 1025 : Plume d’Aigle et Robe Noire © À l’ombre des grands arbres, nourri intérieurement par le chant du ruisseau, la cascade qui se faufile entre les roches couvertes de mousses vertes, les gazouillis d’amour des oiseaux, les craquements sourds des pas d’animaux, Plume d’’Aigle médite assis confortablement sur le tronc un arbre centenaire couché par terre.


Mandé par son église pour sauver l’âme de Plume d’’Aigle et le faire participer à la grandeur du monde civilisé, Robe Noire s’approche à pas de loup, convaincu, stratégique, déterminé.


Ayant attiré son attention, il l’interpèle, se présente avec affection et argumente :

  • Suis-moi et je te ferai découvrir un monde d’abondance et de richesse, un monde dans lequel tout est possible.

  • Pourquoi je quitterais ma terre pour vivre dans ton monde ?

  • Pour être plus heureux. Avec ta force, tu trouverais facilement du travail dans un moulin, une usine ou une scierie. En t’appliquant bien tu pourrais même devenir meneur d’hommes. Et avec un peu de chance, tu pourrais gravir les échelons de la compagnie et qui sait, peut-être un jour la diriger.

  • Qu’est-ce que j’y gagnerais ?

  • Du pouvoir et de l’argent, beaucoup d’argent.

  • Et je ferais quoi avec tout cet argent ?

  • Tu pourrais tout t’offrir, des autos des luxe et des maisons. Tu pourrais faire le tour du monde. Tu pourrais manger à toutes les bonnes tables. Au jour de ta retraite, tu pourrais même t’acheter des forêts entières comme celle-ci et y passer du temps pour te détendre tranquille, loin du bruit et de la folie des hommes.

  • Merci pour ton offre Robe Noire, j’ai déjà tout ça et plus encore.

  • Tu n’as pas compris ce que je voulais dire.

  • J’ai tout compris, c’est toi qui n’a pas compris. Je ne sacrifierai pas 50 ans de ma vie, ma famille, ma langue et ma culture pour faire ce que tu attends de moi en espérant un jour revenir m’assoir ici-même. J’y suis déjà et je suis heureux d’y être. À la place, ouvre ton esprit et viens t’assoir à coté de moi pour voir, entendre, ressentir et comprendre.

Pour qui regarde bien et choisit le bon chemin,

le bonheur n'est pas plus loin que le creux de ses mains.

_______________________________________________________________ Pierre Simard, dit Monsieur Fable Tous les droits d'auteurs sont réservés pour tous les pays Terminée d'écrire le 16 avril 2021

61 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout